Grâce au regroupement de la gestion financière et immobilière et à un secrétariat centralisé plus efficace, le conseil unique pourra mieux se consacrer à la mission.

La fusion devrait permettre de nouveaux possibles, tout en main-tenant l’existant.

Il appartiendra au futur conseil d’organiser la nouvelle paroisse, mais nous proposons déjà quelques pistes.

 

Le nom

Les conseils de chacune des trois paroisses ont adopté Paroisse protestante Rive gauche.

La mission

Paroisse de proximité dans la région Ville Rive gauche,

  • elle s’adressera aux communautés actuelles, mais aussi aux personnes sur le seuil ou éloignées de l’Eglise,
  • elle collaborera avec Saint-Pierre, l’Espace Fusterie, l’Eglise des enfants, le Lab, Contact-Jeunes, les paroisses catholiques, etc.

Nous définissons la mission de notre paroisse autour de trois axes, en précisant certains points.

  • Célébrer

Maintenir le calendrier des cultes actuel, tout en développant la spécificité cultuelle et liturgique propre à chaque lieu, avec une alternance de cultes traditionnels ou de cultes-événements. Faire aussi appel à des prédicateurs (laïcs) et à des pasteurs retraités.

  • Prendre soin

Soutenir les communautés actuelles, dynamiser l’accompagne-ment, suivre les jeunes mariés, les parents des baptisés et les personnes en deuil.

  • Transmettre

Transmettre nos valeurs chrétiennes et réformées, offrir aux membres de la communauté un approfondissement de leur foi à travers des rencontres et des formations, comme des études bibliques et le catéchisme pour les enfants.

 

Une espérance tournée vers l’avenir

Ce projet porte nos espoirs pour un avenir stimulant. Oser ce projet, c’est nous inscrire de manière durable dans une histoire commencée il y a 180 ans.

Le projet de fusion, avec des informations précises et détaillées, a été présenté le 23 janvier à une assemblée réunissant des membres des trois paroisses aux Eaux-Vives. 

Vous trouverez ici les diapositives de la présentation. Vous y trouverez ici l’enregistrements vidéo de la séance.

 

Et si la fusion était refusée ?

Des paroisses pourraient procéder rapidement à l’élection d’un conseil de paroisse.

D’autres pourraient décider leur dissolution. Dans ce cas, les biens de ces paroisses reviendraient à l’EPG et le Consistoire attribuerait leurs territoires à une des paroisses de la région Ville Rive-gauche. Une fusion entre deux paroisses serait aussi envisageable.

Aucun de ces scénarios ne résoudrait nos problèmes de fond, le pire serait celui de la dissolution, qui traumatiserait les paroissiens et nous ferait perdre des lieux de réunion, des laïcs engagés et des sources de revenus pour financer notre mission.